Archives pour la catégorie LE VIRELAI

LE VIRELAI en quatrain : Mon nid ©

88__LE VIRELAI_en quatrain_ Mon nid_____)

Mon nid
Mon nid, rêve en promenade ;
Sol de lys, belle maison,
Merles sifflant au buisson.
L’oiseau plongeant en baignade.

Je marche vers le ruisseau….
Et j’ai l’âme subjuguée,
Par l’éblouissant tableau
D’un doux faon sous la nuée.

Le temps fuit, lance une œillade
En note de violon,
Pastorale au vent fripon
Qui caresse et je m’évade.

Mon nid, rêve en promenade.

Cithare, au trille si beau,
Coule en perle de rosée
Et je plane à ce morceau
Tel cris de grive envolée.

Baigné par la douce aubade,
Je veux rester ; m’accrocher.
Il est si doux de t’aimer
Mon oasis et ma rade.

Mon nid, rêve en promenade.
Pierre MICHEL

Publicités

LE VIRELAI en 3 huitains_ Évasion ©

91_LE VIRELAI_en_trois huitains___Mon_Nid_Reve_en_Promenade

Évasion.

Doux nid de mes rêves en promenade ;
Jonquilles au sol, coquette maison,
Bassin d’oiseaux, invite à la baignade,
Merles moqueurs sifflant dans le buisson.
Je flâne au long de l’allée ;
Là, soudainement, l’âme subjuguée
Par le vertige estival du tableau,
Une biche et son faon sous le bouleau.

Le temps fuit, semblant lancer en œillade
L’air de douces notes de violon,
Pastorale limpide et je m’évade
Pour me lancer sur son élan fripon
Dans la danse échevelée
D’un chaton en balade déjantée,
Qui m’enivre et je vois près du ruisseau,
Une biche et son faon sous le bouleau.

Cithare au trille espiègle, à ton aubade
Coulent les diamants de mille sons,
D’une rivière en vive cavalcade.
Mon songe plane au milieu des pinsons.
De liesse à l’apogée
Je reste là ; par cette onde scellée.
Plus loin voilé par l’écho d’un pipeau,
Une biche et son faon sous le bouleau.

Pierre MICHEL

Poésie classique, LE_VIRELAI : Un amour de rose.©

90_Un amour de _rose-Saint-Valentin_____

Un amour de rose.

Tel un souffle de bonheur
Vêtu de couleurs charmantes
Aux vertus si captivantes,
Tu parades belle fleur.

Ta fragrance si charnelle,
Tel l’arôme du doucin,
En si magnifique écrin,
M’invite à te garder belle.

Cueillie au jardin douceur,
Tes teintes sont chatoyantes
De tendresses fort craquantes
Messagères de chaleur.

Tel un souffle de bonheur.

Ton discours mademoiselle,
Perle comme un clavecin
Au cœur et lui sert d’ombrelle,
Lui chantant un beau refrain.

Saint Valentin le charmeur
Mieux que missives parlantes,
T’offre ces roses ardentes
Qui enchanteront ton cœur.

Tel un souffle de bonheur

Pierre MICHEL