Sonnet Marotique_ LA PORTE DE L’ENFER


127_SONNET-MAROTIQUE_La-porte-de-l'enfer____)

La porte de l’enfer

Cette œuvre, ce carcan de l’artiste Rodin
Grave funestement de l’homme la faiblesse.
Là, les cœurs angoissés et le corps en détresse
De tous sont le miroir, du pauvre ou du mondain.

Des appels au secours montent sous le gourdin
Des remords, de la peur, de l’effroi qui l’oppresse.
Qui peut nous secourir de la main vengeresse
De cet infernal lieu, d’un passé de dédain ?

Quel est le devenir, comment lui faire face
Pour celui dévorant les péchés en rapace ?
Qui cède à ses instincts, tout comme un animal.

Dieu parle à l’être humain, Jésus veut le défendre
Et pour le secourir sa douce main lui tendre,
Qu’il échappe à l’enfer s’il se repend du mal.

Pierre MICHEL

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s