Archives pour la catégorie LES SONNETS

SONNET SEIZAIN_ L’enjeu existentiel. ©

193_LE SEIZAIN_ L_Enjeu existentiel.

L’enjeu existentiel.

Quel est donc pour l’humain le but existentiel ?

Pour rêver d’infini Dieu nous a mis le ciel
Et la lune en flambeau éclairant notre marche
Un soleil lumineux ami de notre tâche
L’insondable petit, caché, confidentiel.

Les étoiles il fixa d’une solide attache
La plus brillante au nord sorte de logiciel
Pour les marins errant sur le flot démentiel.
L’étoile du berger indique le relâche

Du pâtre et des brebis, un repaire officiel.
Hélas en négligeant le divin le potentiel
Les gens pensent alors que vivre avec panache

C’est de chercher un gain au cours exponentiel.
Et ce beau monde fuit en suivant bien l’houache
Du tout informatique oubliant l’essentiel…

Mais c’est connaître Dieu ! Le but existentiel.

Pierre MICHEL

Publicités

SONNET SEIZAIN _ Un joyau de Vendée. ©

Un joyau de Vendée

Connaissez vous cette île ? Un joyau de Vendée…

Découverte un mois d’août espéré sans ondée
Elle charme mon coeur à l’éveil du matin,
Puis caresse mon corps d’un air vif et mutin
Envahissant mon nez d’une odeur iodée.

Sa plage du midi, doux sable de satin
Se repose au soleil, radieuse inondée
De l’odeur du zéphyr sur une mer ridée
Tandis qu’au large passe un petit brigantin.

Parcourir ses salants à forme débridée
Voir là un tas de sel, sentinelle attardée
De ces lieux reculés et gardant son butin.

Sur la grève plus loin la mémoire est gardée
A l’abri d’un hôtel au luxueux destin
Et de cabanons blancs à splendeur démodée.

Noirmoutier est le nom du joyau de Vendée.

Pierre MICHEL

SONNET QUINZAIN_ Le temps des crocus. ©

190_SONNET-QUINZAIN_Le-temps-des-crocus

Le temps des crocus.

L’immaculé manteau vient de fondre au soleil
Et la faible chaleur bouscule la nature.
La terre embrasse alors sa nouvelle aventure,
Timidement les fleurs sortent de leur sommeil.

Sous les rais enchanteurs, le tableau sans pareil
D’une exquise corbeille au bord de la clôture
S’offre à mes yeux ravis. Une belle peinture
De violets claquants, chantonne cet éveil.

Alors de-ci de-là c’est toute la pelouse
Qui se teint d’or et feu, faste robe andalouse
Au chant de flamenco qui libère son nard.

C’est le temps des crocus à la gorge élégante
Aux stigmates chargés, la promesse fringante
D’échapper à l’hiver et son froid si traînard.

C’est l’écho du printemps triomphant, goguenard.

Pierre MICHEL

SONNET FRANÇAIS _ Il neige_ ©

189_SONNET-FRANÇAIS_Il-neige version 1

Il neige.

Mon village est drapé d’une ample robe blanche.
Il s’est mis en beauté tel un cygne au printemps
La note de silence alors suspend le temps
Qui ne m’est pas compté de ce coquet dimanche.

Mon regard s’est perdu suivant la glisse franche
Des flocons enjôleurs, de leurs vols envoûtants
Et songe à Briançon aux hivers éclatants,
À ses sentiers neigeux où j’enfonce à mi-hanche.

Quand le voile argenté de l’alpestre jardin
Investit tous les monts, tel un phare soudain
Une étoile au ciel pur de tous ses feux scintille.

Un monde a disparu sous cet épais manteau.
Mais comment oublier ce rêve et sa mantille ?
C’est du soleil de Dieu que naît un jour nouveau…

Pierre MICHEL.

SONNET MAROTIQUE_ Pensez au canotier…©

187_SONNET-MAROTIQUE_Pensez-au-canotier...(______)

Pensez au canotier…

Mon cœur ému frémit devant l’astre du jour
Embrasant l’horizon d’un rougeoyant nuage,
Belle coupe d’ivresse et fabuleux breuvage
Car sous la pluie offert avec un fol humour.

La nature succombe à son clin d’œil glamour.
Il fait chanter l’oiseau de son plus beau ramage
Louant la liberté loin d’une belle cage,
Serait-elle en beauté comme la Pompadour.

Ho ! rêvez avec moi du soleil qui se lève
Et rosit le satin, tissé près de la grève,
De l’épeire la toile habillant le sentier.

Ou voyez le glisser sur le flanc de colline
Et le chat ronronner sous sa douceur câline,
Puis vous presser bientôt de mettre un canotier !

Pierre MICHEL