Sonnet Marotique : LE VENT


072_SONNET_Le_VENT___eee

Le vent.

Effleurant tendrement mon front dès le matin,
Tu houles mes cheveux câline et douce brise,
En mon âme tu fais naître un vers byzantin.
Et, si je suis nerveux, tu apaises ma crise.

M’apportant les senteurs d’un mois de mai mutin,
Du doux parfum des fleurs je déguste l’emprise.
Soulevant les oiseaux au plumage argentin,
Ta caresse sur l’eau furtivement l’irise.

C’est toi, zéphyr charmeur, dont le cœur chaleureux,
Chasse les durs sursauts de l’hiver rigoureux.
Et donne de l’allant au renouveau des cimes.

Tu sais bien m’émouvoir quand tu chantes romance,
En haut des frondaisons où tu mènes la danse.
De Dieu tu es un don ! Éole aux chants sublimes.

Pierre MICHEL

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s