VILLANESQUE _ L’enfant à la poupée. ©


160_VILLANESQUE_L'enfant à la poupée.______

L’enfant à la poupée.

Dans la vielle maison d’un chemin qui tortille
Aux vieux murs tout fanés dignes de la bastille.
L’enfant à la poupée a pour lui la douleur.

Son berceau, pas de rois mais bien de pacotille,
Il n’était pas bien né, son lange était guenille.
L’enfant à la poupée a pour lui la douleur.

Lorsque l’on est l’aîné d’une grande famille
On est souvent celui pour qui tout part en vrille.
L’enfant à la poupée a pour lui la douleur.

Et ce n’est pas en mai qu’on offre la jonquille
Mais il fêtait sa mère, elle était si gentille.
L’enfant à la poupée a pour lui la douleur.

Un jour il découvrit un cœur sous la charmille
Qui ne le quitta plus caché de sa mantille.
L’enfant à la poupée a depuis le bonheur !

Pierre MICHEL

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s